Prendre soin et stimuler son immunité

Le changement de saison pointe le bout de son nez ! Même si les journées sont encore agréables, les nuits se font plus froides. Cela ne trompe pas, les prochaines semaines et prochains mois nous réservent de franches variations de températures ! Ces variations mettent notre corps à l’épreuve car elles demandent beaucoup d’adaptation et génèrent un certain stress physique. Ajoutez à cela le stress du travail, de la vie quotidienne ainsi qu’un peu de fatigue, quelques déficits nutritionnels, des intestins un peu patraques et vous obtenez un laisser passer pour les virus !

Alors comment prendre soin de son immunité durant le changement de saison et l’hiver ?

Du repos

Hé oui, lui et encore lui ! C’est sans aucun doute le meilleur remède ! Avez-vous déjà testé de vous endormir avec un mal de cou débutant et après une longue nuit de sommeil vous vous réveillez et tout a disparu ? Jusqu’à la prochaine nuit courte qui fait réapparaître les symptômes !

Le corps a besoin de beaucoup d’énergie pour se battre contre les envahisseurs, il faut donc lui laisser le temps de recharger ses batteries !
De plus, le système nerveux parasympathique actif la nuit est responsable de faire les grands nettoyages (acides accumulés et stockés la journée), ainsi que les réparations diverses après une infections par exemple !

La production d’énergie par nos cellules, notre vitalité, est très dépendante du statut en magnésium.

Réduire le stress

Dans la même idée de conserver suffisamment d’énergie pour le système immunitaire et ne pas la perdre via le stress.

Prendre soin de ses intestins

Impossible de parler immunité sans parler des intestins !
En effet 70% de nos cellules immunitaires sont concentrées dans et autour de nos intestins, ceci pour la bonne raison qu’ils sont notre plus grande surface d’échange avec l’extérieur, la plus grande barrière entre le soi et le non soi.
(Intestins > 300-400 m2, poumons >80 m2, peau > 1,7 m2)

Or, si nos intestins sont poreux (hyperperméabilité intestinale, leaky gut), ils laissent passer des fragments alimentaires ou bactériens qui fatiguent l’immunité. Celle-ci n’est ensuite plus autant disponible et réactive pour les autres envahisseurs, tels que les virus hivernaux.
La flore intestinale et son équilibre participe également à une bonne immunité. Toutes dysbiose est responsable directement et indirectement de la baisse immunitaire.

Le premier traitement est de respecter la physiologie digestive (cf article).
Ensuite l’évitement du gluten (blé) élimine une des grandes causes de perméabilité intestinale. Cette protéine stimule la zonuline, responsable de l’ouverture des jonctions entre les cellules de la muqueuse intestinale.
Une régulation de la flore intestinale par des probiotiques spécifiques peut être aussi recommandé.

Bien se nourrir

Afin de produire les cellules immunitaires le corps a besoin d’un apport suffisant en protéines. Ainsi toute dénutrition, régime trop pauvre en protéines (attention à l’équilibre chez les végétariens et végétaliens) augmente la susceptibilité aux infections.

Il a besoin aussi de micronutriments spécifiques :

  • Zinc
  • Vitamine C
  • Vitamine E
  • Vitamine D

Le zinc, un peu à l’image du magnésium, est nécessaire a plus de 200 opérations biochimiques de notre corps, notamment à la multiplication cellulaire, dont les globules blancs, et leur activation. Or, là aussi, 80% de la population serait en déficit de zinc. Les femmes peuvent être particulièrement touchées car la contraception hormonale diminue les taux de zinc.

Les signes de déficit sont :

  • Taches blanches sur les ongles
  • Ongles dédoublés, cassants
  • Affinement des cheveux
  • Perte des cheveux
  • Sécheresse de la peau
  • Retard de cicatrisation
  • Baisse immunitaire
  • Baisse de la vision nocturne
  • Altération du gout
  • Instabilité émotionnelle

Dans l’alimentation nous trouvons du zinc dans :

  • Les viandes de bœuf, veau, porc, agneau
  • Les germes de blés, son de blé et la levure de bière
  • Les oléagineux tels qu’amandes pignons de pin, graines de courges, sésame, tournesol

Une supplémentation de 3 mois avec du citrate de zinc est indiquée si les signes de déficit sont manifestes.

La vitamine C est nécessaire aux globules blancs pour réaliser la phagocytose, cette capacité à « manger » et éliminer les pathogènes. Elle est nécessaire aussi, avec la vitamine E et D, pour protéger la membrane des globules blancs contre les substances sécrétées par ceux-ci pour détruire les pathogènes. Elles permettent donc aux globules blancs de travailler mieux et plus longtemps.

La vitamine C se trouve dans :

  • Cassis
  • Poivrons
  • Brocoli
  • Kiwi
  • La famille des choux
  • Persil, ciboulette
  • Orange, citron

La vitamine E se trouves dans les huiles végétales telles que germes de blé, colza, tournesol.

La vitamine D se trouve principalement dans les produits animaux et les champignons :

  • Sardine, flétan, saumon, sole, thon
  • Agneau, veau
  • Œuf
  • Morille, bolet, chanterelle

Nos alliées les plantes

La grande star de l’immunité est bien entendu l’Echinacée ! (Echinacea purpurea)
Elle stimule fortement la production de globules blancs et la capacité de ces globules à éliminer les agents pathogènes. Elle est également antibactérienne et antivirale.
Elle peut être utilisée en aigu, quand les symptômes sont déjà présents, en chronique quand les infections sont traînantes ou récidivantes, et en prévention pour mieux s’armer contre les pathogènes.

Vous trouverez des comprimés à base d’Echinacée dans toutes les pharmacies et drogueries. Elle existe aussi sous forme de jus, de teinture-mère, d’EPS et en tisane.
Pour éviter que l’effet s’amenuise, faites des cures de 5 jours par semaine ou 15 jours par mois. Eviter d’en consommer plus de 28 jours d’affiler.
Renseignez-vous auprès de votre thérapeute/droguiste/pharmacien sur les éventuelles contre-indications et précautions d’emploi (femmes enceintes et allaitantes, maladies auto-immunes, traitement immunosuppresseur, …)

Le Thym en tisane est un bon anti-infectieux d’une part, mais est aussi tonique, réchauffant et immunostimulant. Il dynamise aussi la circulation de la lymphe et draine donc les muqueuses ou la stagnation de liquide est propice aux infections.

Les huiles essentielles à phénols (attention dermocaustique !), telles que le Thym à thymol, l’Origan, la Sarriette sont également immunostimulantes en plus d’être fortement anti-infectieuses.

Les huiles essentielles de conifères à monoterpènes sont également immunostimulantes, Épinette noire, Pin sylvestre, Sapin blanc, …

 

Voilà, j’espère vous avoir transmis quelques tuyaux pour bien passer l’hiver !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s